Take a fresh look at your lifestyle.

Aid El Fitr à l’Université de Lomé : L’Imam Agodomou Al Hassan a prié pour la paix et le pardon

 

Après un mois de privation, les musulmans du Togo à l’instar de leurs coreligionnaires du monde entier célèbrent l’Aïd El Fitr ou ramadan. Un peu partout au Togo comme ailleurs, la prière de ce premier jour de l’Aïd El Fitr, a été célébrée.

Au campus universitaire de Lomé, la prière de circonstance a été dite par l’imam adjoint de la mosquée, Imam El Hadj Agodomou Al Hassan en présence des fidèles rassemblés sur le grand terrain de l’université.

TOGOCOM

Dans son prêche celui-ci a prié pour le Togo et les autorités du pays. Il a ensuite insisté sur le pardon, l’amour les uns envers les autres, la patience, la miséricorde sans oublier l’assistance à ceux qui n’ont pas les moyens pour que chacun puisse fêter.

Revenant sur cette célébration d’Aid El Fitr, l’imam a laissé entendre qu’elle revêt une importance capitale dans la vie de tout musulman ce sens que : « nous venons de finir le mois du jeûne et pour couronner cela et remercier le Dieu-Tout puissant qui nous a conduit du début jusqu’à la fin de ce moment de jeûne, de privation intense, d’adoration intense, de prière intense, d’invocation intense, nous couronnons cela par la prière et remercions Dieu-Tout puissant pour nous avoir guidé », a-t-il déclaré.

El Hadj Agodomou Al Hassan, imam adjoint de la mosquée de l’UL

Après la prière, certains fidèles parmi lesquels Ousmane n’ont pas manqué de remercier Dieu pour cette journée spéciale. « Nous avons prié pour tout le monde : les musulmans comme les non musulmans. Nous avons prié pour la paix dans le pays. Je crois que c’est un exercice que tout musulman doit pratiquer dans sa vie car il y a beaucoup de leçons à en tirer ».

Parlant de la fête proprement dite, elle va continuer selon Ousmane dans les normes de l’islam. « Comme vous le savez il n’y aura pas la perversion, pas d’alcool ou tout autre chose qui va anéantir tout le travail qu’on a fait. Et donc, nous allons fêter dans les normes de l’islam », souligne-t-il.

HCRUNN

De son côté Abdel Rachid Mama pense que finir ce mois de Ramadan est une grâce imméritée qui n’est pas donnée à n’importe qui car avance-t-il  « on peut  commencer en bonne santé le mois de ramadan et le finir avec une maladie ; on peut en tant qu’être humain le commencer et ne pas le terminer c’est pourquoi il faut rendre grâce à Allah pour cette opportunité, et Le remercier pour tout et surtout ne pas retomber dans les mêmes travers, le mois de ramadan nous a énormément appris beaucoup de choses, toutes ces leçons sont à retenir ».

Maardiya Agouda a insisté sur la particularité de la prière sur le campus. La prière au campus, note-t-elle, est calme, tout le monde est à sa place on écoute l’imam, tout est posé. Après la prière aussi on prendre des photos, on s’échange, on se souhaite les vœux.

Notons que le jeûne du mois de Ramadan est l’un des piliers de l’Islam. Il est aussi marqué par des gestes de charité, l’aumône envers les plus pauvres.

A préciser le professeur Komi Wolou a assisté à cette prière.

 

Clarisse AFANOU

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy