Take a fresh look at your lifestyle.

Vaccination en Afrique de l’ouest: Les Directeurs programmes en concertation à Lomé

 

250 participants de 17 pays d’Afrique de l’ouest et des partenaires techniques et financiers en appui à la vaccination sont en réunion depuis mardi 11 juillet à Lomé. La rencontre de Lomé qui se tient deux mois après la levée de l’urgence sanitaire mondiale que représentait la COVID-19, permettra aux participants d’échanger sur l’état de la vaccination en Afrique de l’Ouest, se partager les meilleures pratiques et les leçons apprises des expériences diverses, et enfin, s’engager à nouveau à réadapter les stratégies pour atteindre les objectifs régionaux de vaccination.

TOGOCOM

La réunion de Lomé abordera la question des enfants dits « zéro dose », qui sont généralement des enfants qui n’ont jamais reçu la première dose du vaccin contenant le DTC (vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche). Entre 2019 et 2021, le nombre des enfants zéro dose, du fait des perturbations diverses provoquées par la COVID-19, a augmenté de 13,3 millions à 18,2 millions dans le monde, avec un cumul total de 48 millions d’enfants zéro dose rapporté durant cette période, dont près de la moitié de ces enfants se retrouvent en Afrique.  Par ailleurs, du fait de la faiblesse des couvertures vaccinales, de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest font face à des épidémies diverses, de méningite, de rougeole, de fièvre jaune, de poliovirus dérivé circulant, etc.

 

« La pandémie de COVID-19 a gravement affaibli les systèmes de santé fragiles existants dans les pays de la sous-région et leur capacité de réponse », a indiqué Mme AKAKPO Midamegbe, Directrice de Cabinet du ministère en charge de la Santé, représentant le Ministre de la Santé, à l’ouverture des travaux. « Cet atelier devrait être une opportunité pour échanger sur les différentes stratégies à ajuster pour renforcer les programmes de vaccination et réduire le nombre d’enfants zéro dose et sous-vaccinés dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest, conformément au partenariat d’agenda d’immunisation IA2030 », a-t-elle ajouté.

HCRUNN

« Des solutions efficaces et non couteuses pour faire face à cette situation existent », a déclaré, Mme la Représentante résidente de l’OMS au Togo, Dr DIALLO Fatoumata Binta Tidiane. « Une meilleure préparation et réponse de nos systèmes nationaux de santé aux urgences sanitaires y compris l’intégration des interventions à haut impact comme la vaccination dans le contexte de rareté des ressources en santé en est une. Dans la même lancée, nous devons poursuivre les efforts de renforcement de nos systèmes de vaccination à travers l’’introduction de nouveaux vaccins au PEV (contre le cancer du col de l’utérus, contre le paludisme, etc.), pour protéger davantage nos enfants contre les maladies infantiles. »

Pour sa part, Mme la Représentante résidente de l’UNICEF au Togo, Dr Aissata BA SIDIBE, reste confiante quant à l’atteinte des objectifs de la rencontre : « nous bénéficions, au cours de cette réunion de la présence forte et qualitative de plusieurs partenaires techniques et financiers. C’est une chance pour les participants des pays de profiter au maximum de leur présence à Lomé pour mieux se faire expliquer les conditions d’accès aux financements, les niveaux d’exigence à démontrer en matière de qualité technique des dossiers à soumettre ».

Représentant Gavi, l’Alliance du Vaccin, à la tribune officielle, Dr Richard MIHIGO, Directeur du département de la coordination de la distribution et de l’intégration de la vaccination COVID-19 a affirmé que « la crise sanitaire de la COVID-19 a montré réellement notre résilience dans la protection des populations les plus vulnérables. Et cette réunion va nous permettre de tirer des leçons de l’impact de cette crise sur nos systèmes de santé pour mieux faire. Les partenaires de l’Alliance pour la vaccination, Gavi, renouvellent leur engagement aux côtés de l’UNICEF et l’OMS, à accompagner les Etats dans le renforcement des systèmes de santé et des systèmes de vaccination ».

La rencontre est financée par l’OMS, l’UNICEF et le fonds GAVI.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy