Take a fresh look at your lifestyle.

L’image qui ragaillardit l’égo des Togolais

Le président togolais, Faure Gnassingbé est l’hôte à dîner de son homologue français Emmanuel Macron. Le N°1 togolais a entamé ce 10 avril 2023 une visite officielle dans l’hexagone.

C’est la première fois que Macron dresse la table au président togolais avec qui, il s’est entretenu, il y a de cela deux ans. Au menu des discussions les sujets d’intérêt sous régional et les relations bilatérales.

Au lendemain de ce dîner, le service de communication de la présidence togolaise, a fait fuiter les premières images de l’entretien.
L’image qui a le plus retenu l’attention au Togo et abondamment relayée sur les réseaux sociaux est celle sur laquelle on aperçoit le président français tenir le parapluie à son hôte.

TOGOCOM

Ce geste élégant du président français n’a pas manqué d’être diversement interprété au pays de Faure Gnassingbé.

Pour certains concitoyens de Faure Gnassingbé le respect a changé de camp. Le Togo se fait remarquer positivement dans le concert des nations grâce au leadership de Faure Gnassingbé qui est devenu incontournable pour la France en Afrique. Alors que d’autres trouvent qu’il n’y a pas lieu de se glorifier de ce geste de bonne manière et de diplomatie de Emmanuel Macron. Ce n’est pas fortuit, analyse-t-on de ce côté. “Un président français tenir le parapluie à un président africain, la guerre en Ukraine a changé beaucoup de chose”, note un autre. Pour soutirer des choses au negre, il faut l’amadouer, le flatter car “Macron veut obtenir quelque chose chez Faure. Les français sont très doués dans ça”, commente un citoyen togolais résidant en France. Cet argument est soutenu par le fait que Emmanuel Macron qui, il y a seulement quelques années ne voulait pas s’afficher avec le fils d’Eyadema d’où sa déclaration en marge d’un sommet du G7 au Canada a l’interpellation d’un activiste togolais: ” est-ce que je l’ai reçu ?”, change subitement de position au point de tenir le parapluie à celui qui était indésirable il y a quelques années.

Il faut interpréter la position du président français comme la France est position de faiblesse. Faure en position de force. Ce dernier en profitera pour négocier quelque chose. Un rallonge supplémentaire, qui sait?

De toutes les façons, il faut comprendre que la France en perte de vitesse sur le continent noir et surtout dans les territoires qui jusqu’ici étaient considérés comme son pré carré, avec la rupture des accords de défense militaire la liant à certains pays de ce pre carré (Mali et Burkina Faso, RCA), a besoin d’avoir un interlocuteur fiable. Pour cela, elle entend compter sur le “jeune doyen” qui a aussi sa partie nord du pays en proie depuis l’année dernière à des incursions terroristes pour un nouveau redéploiement de son dispositif militaire dans la zone ouest africaine.

HCRUNN

Faure Gnassingbé auréolé par ces récents succès diplomatiques dans l’affaire des militaires ivoiriens détenus au Mali, est sur les traces de son géniteur, considéré en son temps comme un sage du continent, un pion très sûr de la France, gagne en assurance. On voit sur d’autres images, l’ouest africain discuter avec Macron sans complexe, d’égal à égal, la main dans la poche, sans courber la tête comme un élève écoutant son maître.

Cette posture du président togolais suffirait-elle pour défendre les intérêts de son pays ou fera-t-il passer uniquement ses propres intérêts devant la France qui aujourd’hui est dos au mur?

 

La majorité des Togolais croient qu’il privilégiera les intérêts nationaux au détriment des siens propres. D’autant plus que pour eux, c’est l’une des rares fois, qu’ils voient un président occidental se liver à un tel geste de galanterie. C’est suffisant pour ces togolais de croire que quelque chose est en train de changer dans les relations franco-africaines. Les dirigeants togolais et français qui sont tous de la même génération n’ont plus de complexe néo colonial à se faire valoir. Ils discutent d’égal à égal, la tête haute pour le bonheur de leur peuple.

En tout cas, au Togo, on espère que le fils d’Eyadema saura couper ce cordon ombilical qui lie son pays a la métropole française. Ainsi soit-il.

Albert AGBEKO
E-mail : togoscoop@gmail.com
Tél (00228) 90 96 63 64/99 56 57 88

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy