Take a fresh look at your lifestyle.

Littérature : La seconde vie du professeur Adamah Ekoué Adamah

 

Professeur émérite, le philosophe togolais Adamah Ekoué Adamah a tiré sa révérence en 2005. 18 ans après sa disparition, ses anciens étudiants ne l’oublient. Ils ont décidé de lui rendre hommage et de bonne manière et ce, à travers, un colloque qui s’ouvre le 20 avril 2023 à Lomé. En prélude à cette rencontre scientifique, trois ouvrages posthumes du philosophe togolais ont été dédicacés le 17 mars 2023 au village du Bénin sur le campus universitaire de Lomé. C’était en présence d’amis, étudiants, collègues, familles …

TOGOCOM

« Un lui-même introuvable », « L’art africain à la recherche d’une nouvelle esthétique », « Le sens de la praxis artistique chez Paul Ahyi », ces trois œuvres, sont le fruit de trois ans de recherche, de regroupement et de l’édition des brochures de l’enseignant disparu.  Préfacés par le professeur Yaovi Akakpo, ancien élève d’Adamah Ekoué Adamah, les travaux ont duré trois ans.

« Le professeur Adama écrivait beaucoup mais ce n’était pas publié. On est allé chercher ses brochures, on a trouvé beaucoup de brochures et on a pensé qu’il y a matière à les verser à la littérature scientifique sur la question de l’art en Afrique », dixit le professeur Yaovi Akakpo donnant le sens de cette initiative. Pour lui, ces manuscrits laissés par Adama offrira à la jeunesse matière à réflexion scientifique sur l’art, le patrimoine artistique, …

Le prof Akakpo Yaovi

18 ans après sa disparition, que peut-on retenir du professeur Adama, pour son ancien élève « pour moi le professeur Adamah invite à comprendre que la réflexion philosophique repose sur l’exigence de la critique. Quand vous ne critiquez pas, vous n’avancez pas, quand vous croyez que ce que vous faites est très beau, vous ne progressez pas, vous n’avancez pas. L’histoire appartient à ceux qui optent pour le progrès, pour l’évolution. Parce que vous ne pouvez rien faire si vous n’inventez pas l’histoire », souligné le professeur Akakpo.

Cette cérémonie à laquelle participait également la femme et la fille de l’illustre disparu a permis à celles-ci et particulièrement à cette dernière de redécouvrir son géniteur. Elle a eu une idée claire sur le fait que son père n’est pas contre l’émancipation de la femme, au contraire. Très sensible à la femme, il disait cependant que « l’égalité n’est pas la liberté ». « La libération de la femme ne peut jamais être un sous-produit de certaines institutions, ni l’affaire de certains professeurs-chercheurs, magistrats ou fonctionnaires mais elle doit être dans les individus eux-mêmes, elle commence chez les femmes avant de se développer dans la société », disait-il dans les propos rapportés par le professeur Apédoh-Amah Togoata.

HCRUNN
la fille du regretté prof. adamah

Pour ce dernier, le professeur Adamah est un pionnier dans la critique de l’art.

« Ce que Adama a fait à l’époque est immense. Aujourd’hui, malheureusement on ne voit pas de critique d’art, c’est dommage ! Des artistes font des expositions mais qui est là pour les critiquer ? On en a besoin. Voilà un pionnier. Il faut lire ces ouvrages pour savoir le débat sur l’art », convie-t-il.

Né en 1952, Adamah Ekoué Adamah, a fait ses études supérieures à Paris I Sorbonne, à l’UER d’arts plastiques et sciences de l’art et à l’UER d’art et d’archéologie. Sa thèse de doctorat de 3ème cycle, soutenue en 1980, a porté sur « L’insaisissable africanité » et les métamorphoses de l’art africain. Il a été enseignant-chercheur à l’Université de Lomé, où il a dirigé le département de philosophie et sciences sociales appliquées.

 

Francine DZIDULA

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy