Take a fresh look at your lifestyle.

Norme et qualité : 8ème réunion ECOCONF de la CEDEAO à Lomé

 

Lomé, la capitale togolaise a accueilli du 31 août au 01er septembre 2023, la 8ème réunion du Comité communautaire d’évaluation de la conformité (ECOCONF) de la CEDEAO. Les travaux ont réuni une trentaine d’experts en démarche qualité qui se sont penchés sur les mécanismes visant à faciliter la libre circulation des produits et services au sein de l’espace communautaire.

 

Les experts réunis à Lomé ont examiné et amendé les projets de documents relatifs au mécanisme régional de reconnaissance mutuelle et de ses procédures de mises en œuvre.

TOGOCOM

Le document élaboré après consultation des États membres de la CEDEAO sera soumis à la validation technique de l’ECOCONF.

Dans le cadre de ces réformes, la Commission de la CEDEAO bénéficie du soutien du projet Compétitivité et Infrastructure Qualité de l’Afrique de l’Ouest (WACOMP), déployé par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) et financé par l’Union Européenne (UE).

Le projet vise à stimuler la compétitivité des PME dans les 16 pays couverts en développant des chaînes de valeur pour des secteurs tels que le manioc et ses dérivés, la mangue, le textile et l’habillement, ainsi que les technologies de l’information et de la communication (TIC), afin d’augmenter la production, la transformation, et les capacités d’exportation du secteur privé.

Les travaux visent également à harmoniser les réglementations en matière d’inspection et de contrôle des produits dans chaque pays, en vue de la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAF).

L’Union Européenne a initié un programme dénommé ‘’Projet d’Infrastructures de Compétitivité et de Qualité de l’Afrique de l’Ouest (WACOMP)’’. Ce projet vise à améliorer les performances économiques, la croissance et la compétitivité des pays d’Afrique de l’Ouest aux niveaux régional et national. « Ce programme, comprend une composante régionale dénommé le mécanisme de reconnaissance mutuelle que nous nous apprêtons à valider aujourd’hui est pour nous un résultat concret de ce programme et notamment de sa composante régionale », a souligné Joaquín Tasso Villalonga, l’ambassadeur de l’Union européenne auprès de la république togolaise.

HCRUNN

 

Pour Tidiane Boye, le représentant d’ONUDI en Côte d’Ivoire, le développement et la croissance économique reposent principalement sur la maîtrise des facteurs de production et essentiellement sur les progrès technologiques qui sont générateurs de gains de productivité. « Ainsi, le développement des chaînes de valeur contribue considérablement à la croissance, en permettant aux entreprises d’un pays de gagner en productivité tout en les aidant à passer de l’exportation de matières premières à l’exportation de produits manufacturés », a-t-il indiqué.

A en croire Laré Arzouma Botre, représentant du ministre du commerce, de l’industrie et de la consommation locale, le Togo est honoré d’abriter cette réunion qui fait la fierté de toutes les parties prenantes à la construction de leur Infrastructure régionale de la qualité. « Le développement des chaînes de valeur au niveau mondiales est devenu de nos jours un moyen incontournable pour promouvoir le commerce et les investissements. Les avantages du développement des chaînes de valeur sont considérables et se mesurent en termes d’amélioration de la productivité, de création d’emplois et de réduction de la pauvreté », a déclaré M. Botre.

Dans le cadre de la promotion de la consommation des produits locaux prioritaires du Togo, le Gouvernement à travers l’initiative pour la certification d’une cinquantaine (50) de produits prioritaires togolais entend accompagner PME Togolaises, de production et de transformation agroalimentaire à la certification de leurs produits en vue de faciliter l’accès de leurs produits aux marchés national, régional et africain.

Il est à rappeler que l’ouverture de la réunion a été marquée par la distinction des lauréats togolais et béninois de la seconde édition du Prix CEDEAO de la Qualité. Les récipiendaires comprennent l’École Supérieure des Affaires (ESA) et le Cabinet Audit Expertise Comptable, tous deux portés par Dr Charles Birregah du Togo, ainsi que le Cabinet Best Expert Conseil du Bénin.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy