Take a fresh look at your lifestyle.

Santé:Lomé s’engage contre les faux médicaments

Trois chefs d’Etat africains ont marqué leur volonté à lutter contre le trafic des médicaments illicites sur le continent, ce mal pernicieux qui décime des milliers d’Africains. Macky SALL du Sénégal Yoweri MUSEVENI de l’Ouganda et l’hôte le président togolais, Faure GNASSINGBE, ont lancé ce samedi dans la capitale togolaise une initiative qui porte le nom  de Lomé.
L’initiative de Lomé  est une réponse à la situation relative aux médicaments en Afrique, où l’industrie des faux médicaments représente 30 à 60% des médicaments mis en circulation sur le continent. Elle  permettrait d’introduire de nouvelles législations visant à criminaliser le trafic de faux médicaments, à  mettre en place des mécanismes appropriés au niveau national afin d’assurer une application vigoureuse de la législation pénale pour réprimer le trafic et d’encourager d’autres Etats africains à se joindre à cette initiative.
Selon les estimations de l’OMS 10 à 15% des produits pharmaceutiques vendus dans le monde seraient falsifiés et ce taux s’élève à près de 60% dans certaines régions d’Afrique dont la vulnérabilité est évidente en raison notamment de la pauvreté. Ce trafic engendre 200 milliards de dollars US de recettes et bénéfices pour les trafiquants ; plus de 900 mille morts/an en Afrique dont 120 mille enfants de moins de 05 ans qui meurent suite à l’administration de faux médicaments. Ce sont les chiffres alarmants liés au trafic de faux médicaments qui justifiaient l’urgence du lancement de l’Initiative de Lomé.
Optimiste à l’ouverture des travaux, Faure GNASSINGBE « … ne doute pas un seul instant que tous les Africains adhèrent à notre Initiative. Une ‘Feuille de route et un Accord-cadre’ constitueront les principaux garants de la mise en œuvre de l’Initiative de Lomé. L’Afrique est la principale victime du trafic mortifère des faux médicaments. Elle se doit donc de se doter des structures et législations idoines pour comprendre et endiguer le phénomène», a-t-il rappelé.
Le Directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus s’est inscrit sans ambages dans la dynamique de l’opérationnalisation rapide de l’Initiative de Lomé. Il a dans ce sens rappelé que «l’absence d’une bonne gouvernance facilite l’émergence de groupes criminels en Afrique. Il faut un message clair pour combattre ce trafic, et combler l’absence de réglementations nationales sur la question. L’OMS a besoin qu’au minimum 15 Etats africains ratifient l’Initiative de Lomé pour muscler cette nouvelle étape de la lutte qui a commencé», a-t-il plaidé.
«Il faut cesser de constater et passer aux actes concrets. La rencontre de Lomé marque le début d’une démarche inclusive panafricaine qui va déboucher sur un prochain Sommet dans les mois à venir», espère pour sa part Jean-Yves Ollivier, président-fondateur de la Fondation Brazzaville (organisation caritative indépendante enregistrée au Royaume-Uni, basée à Londres).
«Protéger la santé de millions de personnes est en jeu via la démarche née à Lomé, d’où l’importance pour les Nations Unies de voter une résolution sur le sujet. Je prends l’engagement d’œuvrer pour cette résolution», a Henrietta Fore, Directrice exécutive de l’UNICEF qui, mobilisera davantage le monde à s’approprier la lutte contre les faux médicaments en ratifiant «la Convention ‘Medicrime’ de l’OMS» contre ce mal critique. «Tous les enfants doivent avoir accès aux médicaments de qualité supérieure pour préserver l’avenir de leurs pays respectifs», a souligné pour ce faire H. Fore.
Notons qu’environ 400 participants parmi lesquels figuraient 25 experts des questions diverses liées au trafic de faux médicaments ont pris part à la rencontre de Lomé.

HCRUNN

Clarisse AFANOU
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : pour vos reportages, annonces et publicité, contactez le service commercial de votre site Togoscoop.

TOGOCOM

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy