Take a fresh look at your lifestyle.

Une sage décision du président de l’Université de Lomé

 Bandigou Bertin, étudiant à la Faculté de droit de l’Université de Lomé, devrait comparaitre ce lundi 22 avril 2024, à 10h, devant la Commission des affaires disciplinaires de ladite Université. Cette comparution fait suite à une saisine de la commission disciplinaire par le président de l’Université, le professeur Adama Kpodar. Selon les termes de la convocation adressée à l’étudiant par le président de la Commission disciplinaire, M. Adjita Shamsidine, lui-même comparaissait il y a quelques mois devant une commission disciplinaire de l’université, on reproche à M. Bandigou d’avoir « enfreint les règles de fonctionnement de l’Université ». Finalement, le professeur Adama a annulé la convocation.

Sans précision sur les règles qu’aurait enfreintes l’étudiant, l’opinion a vite fait de lier cette convocation à une vidéo devenue virale ces derniers temps sur les réseaux sociaux. Dans cette vidéo, on voit le jeune étudiant à la suite d’une séance de sensibilisation sur la nouvelle constitution dans l’enceinte du campus de Lomé, sans langue de bois, a dit tout le mal qu’il pense de ce changement de constitution. Et donc pour l’opinion, c’est cette sortie qui lui vaut une telle convocation.

Même si on peut reprocher à l’étudiant l’appel à la révolte dans son intervention, il ne mérite pas une telle convocation. Le temple du savoir est le lieu par excellence du débat contradictoire. Les étudiants sont formés à réfléchir par eux-mêmes sur les sujets qui les touchent directement ou non. Ici, il s’agit d’un sujet hautement national qui va déterminer la vie de la cité dans les années à venir. Et donc, l’étudiant a son mot à dire.

TOGOCOM

En amenant un tel sujet dans le Temple du savoir, les initiateurs doivent savoir qu’il y aura débat.  Or, depuis le début de cette initiative de modification constitutionnelle, les initiateurs fuient le débat contradictoire. Ce qui s’est traduit par un vote en catimini. Voir qu’un étudiant les prenne à dépourvu en leur démontrant la vacuité de l’initiative, c’est inacceptable.

 

Bandigou Bertin, l’étudiant convoqué

Au lieu de s’en prendre à l’étudiant, c’est ceux qui ont amené le sujet dans le Temple du savoir qui sont à blâmer. Sanctionner l’étudiant reviendrait également à sanctionner ceux qui ont donné l’avis contraire sur le sujet, or tel n’est pas le cas ici.

Le Temple du savoir est le lieu du foisonnement des idées, du débat contradictoire, c’est pourquoi quand certains présidents occidentaux se déplacent à l’étranger, ils aiment aller sur les campus universitaires discuter avec la jeune intelligentsia. Et jamais aucun étudiant n’est inquiété pour ses idées au cours de ses échanges. Quand on suscite un débat, il faut assumer la contraction. Au lieu de convoquer l’étudiant, les partisans de l’idée contraire se devraient à leur tour de démonter les arguments du jeune étudiant en montrant les avantages de la nouvelle constitution. La convocation traduit la faiblesse de l’argument contraire. Elle montre qu’on fuit le combat d’idées au profit de la force physique. Les arrestations, les poursuites, les interdictions,… les convocations même dans le monde universitaire montre que ceux qui sont censés être dans le débat d’idée optent maintenant pour la force brute. Et là, on doit craindre pour les connaissances qu’ils transmettent à la jeune génération.

Imaginons que Emmanuel Macron lors de sa visite au Burkina Faso et au cours de son entretien avec les étudiants, qu’un parmi ceux-ci tienne des propos acerbes contre le président que l’étudiant auteur de ces propos soit convoqué. Est-ce possible ?

HCRUNN

Mais au Togo, les entraves à la liberté d’expression, à la liberté tout court, le musellement est en train d’élire siège au sein du Temple du savoir. C’est regrettable.

Le professeur Adama Kpodar n’a pas à convoquer cet étudiant en lui faisant une publicité gratuite. Il devrait laisser mourir de sa propre mort cette histoire à défaut de la démonter par des arguments contraires.

Heureusement qu’il est revenu à de meilleur sentiment en annulant sa décision de convocation devant une commission disciplinaire. Il n’est pas trop tard pour bien faire.

 

 

 

 

Albert AGBEKO

E-Mail: togoscoop@gmail.com

 Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

1 commentaire
  1. Ardyh gah L'utilisateur dit

    Kpodar joue au zélé. Il tient tellement à cet nouveau poste qu´il est prêt à commettre toutes les gaffes pas possible

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy