Take a fresh look at your lifestyle.

Général Kadhanga : « Depuis mon départ de la tête de l’état-major, l’institution est dans les mains des amateurs »

 

Après la plaidoirie des avocats, la parole fut donnée aux accusés pour leur ultime intervention avant que les jurés ne se retirent pour délibérer. Intervenant en dernière position le Général Félix Abalo Kadangha, s’est tout d’abord incliné devant la mémoire de celui qu’il appelle affectueusement « mon fils », le Colonel Madjoulba Bitala, dont on l’accuse d’être l’instigateur de son assassinat intervenu quelques heures après  la prestation de serment du président de la République Faure Gnassingbé, le 3 Mai 2020. Il a émis le vœu que les circonstances lui permettront de lui rendre hommage le moment venu lors de ses funérailles.

TOGOCOM

Poursuivant, il a cité les vers de Alphonse de Lamartine : « un seul homme vous manque et tout est dépeuplé » avant de continuer que le colonel Madjoulba lui manque, il manque à sa famille, il manque au pays.

Il s’est consolé en avouant qu’en Afrique les morts ne sont pas morts. « Il est là. Un guerrier ne meurt pas. Il nous aidera à accomplir la mission de sécurisation de notre pays ».

S’adressant aux jurés, le Général  les a recommandés à la sagesse divine dans la quête de la vérité, et a imploré que le Seigneur les assiste dans l’accouchement de la justice militaire au Togo.

Répondant à la déchéance de sa qualité de  militaire, le Général a déclaré que le 20 novembre prochain, il ira à la retraite mais un Général demeure toujours un militaire. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, « ce sera une erreur de me déchoir du statut de militaire. J’ai beaucoup à donner à notre pays dans la sécurisation des 56 600 km2. Depuis mon départ de la tête de l’état-major l’institution est dans la main des amateurs et nous voyons ce qui se passe. J’ai beaucoup à apporter à mon pays et au FAT », a-t-il conclu.

HCRUNN

Pour d’aucuns, cette dernière phrase a scellé son sort et qu’il aurait dû faire l’économie de cette phrase. Ils estimaient que c’est une critique a peine voilée à ses successeurs, de leur gestion de la sécurité du pays. Or, dans le juré il y a des gens à qui on peut estimer que cette parole leur est destinée, or ceux-ci ont à décider de son sort.

Notons que tout au long du procès, le Général Félix Abalo Kadhanga a clamé son innocence déclarant qu’il est un officier de guerre et non un criminel et par conséquent il ne peut renverser les institutions de la République et encore moins tuer « son fils ».

Général, plus haut gradé de l’armée au moment de l’assassinat du colonel Madjoulba, a été durant sept ans le chef d’Etat major des FAT. Il a été interpellé le 12 janvier 2023 sous trois chefs d’accusation.

C’est la première fois que le plus haut gradé de l’armée togolaise comparait devant un tribunal pour avoir exercé ses prérogatives. C’est la première fois également qu’un chef d’Etat-major des FAT en fonction est accusé de complot. C’est la première fois encore qu’un chef d’Etat-major des FAT en fonction au moment des faits est accusé d’assassinat de son chef corps.

C’est la première fois également qu’un chef corps de l’armée est assassiné à son bureau à un poste militaire.

Le Général Félix Abalo Kadhanga a reconnu être l’instigateur des tracts distribués le 18 mai 2020 aux abords des camps non pas pour renverser les institutions de la république mais pour répondre à Massina et Sogoyou qui ont distillé dans l’opinion qu’il est l’auteur de l’assassinat du colonel Madjoulba.

Le verdict de son procès est tombé dans la soirée de ce mardi 7 novembre 2023. Il a écopé de 20 ans de réclusion criminelle, la plus lourde peine aux accusés dans le procès avec déchéance de qualité militaire.

3 commentaires
  1. Blaise L'utilisateur dit

    Gal Félix KADANGA est le grand frère de Satan, il est un criminel de première classe internationale, il ment comme il respire, S’il vous plait retenez bien que c’est faux il y’a plus intelligent, plus fort et plus compétant et spirituel officiers supérieurs qui peuvent faire plus et défendre l’intégralité territoriale du Togo que cette pourriture de soit disant Gal KADANGA il est un sorcier négatif. Il est jaloux des officiers très compétant plus que lui. Et noté bien qu’ont refaire son procès car ont a laissé derrière lui d’autres chefs d’accusations très sombres.

  2. Felix L'utilisateur dit

    Pour une fois, un jugement a ciblé des militaires, c’est une premier et elle servira de point de départ et surtout de repère pour les prochaines actions de nos militaires. Nous avons passé des années entières à les subir, sans qu’ils n’en soit aucunement inquiètés. Cela dit, il faut aussi reconnaître la réaction des natifs du canton de Siou d’où est originaire le défunt colonel Madjoulba. Il était un officier non pas de ses frères natifs de Siou, mais de tout notre pays et c’était au Togo entier, au-delà de s’émouvoir de son assassina, dd manifester son rejet de telles pratiques dans un pays qui se dit démocratiques. Les siens ont, à leur manière, certes par des pratiques peu orthodoxes, vanger leur frère. Restait le Togo, et disons que la justice vient dee faire au nom du Togo. Désormais, c’est évident, personne fut-il ou non militaire ne devrait subir son de cet illustre officier de nos braves FAT.
    Louons l’effort de justice qui a été faite. C’est un fait quoi qu’il soit. Juste ou injuste, il demeure un jugement d’un fait d’une extrême gravité. Autrement, nous serions obligés de garder, comme un boulet inextricable, le fait que n’importe quel Togolais, même le plus gardé, pourrait être ainsi lachement assassiné, et que son meurtrier vivrait sans en être inquiète.
    Les morts ne sont pas morts, c’est de notre culture. Ils sont là dans le regard puéril de nos enfants et dans celui, hagard de nos anciens. Ils sont dans le vent qui souffre, ils ont l’air qui circule. Madjoulba ne saurait ne pas être parmi nous. En plus d’être homme, il était un guerrier.

  3. Élisée L'utilisateur dit

    Qu’en est-il du petit innocent mécanicien tué à bout portant quand les preuves de la vidéo ds laquelle on l’a vu tirer sont là?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy