Take a fresh look at your lifestyle.

Education : Combler le gap des filles dans les filières scientifiques

Au Togo, même si ces dernières années on note une progression des chiffres, il est difficile de voir une enseignante dans les matières scientifiques. En effet, peu de jeunes filles togolaises s’intéressent à ces matières qui constituent pour elles leur bête noire. Or, il ne peut y avoir de passionné de la science si on n’a pas été mordu par ce virus. Et c’est pour changer la donne que les Nations unies ont institué une journée internationale de la femme et de la fille en science. Cette journée est célébrée chaque 11 février.

Cette année, la célébration officielle, en différé, a eu pour cadre ce 15 février 2023 le lycée de Tokoin 2. C’était en présence des autorités administratives et coutumières dont le préfet du Golfe Atabu Dzinefa et le chef canton de Bè Togbui Adela Aklassou III.

TOGOCOM

Lire aussi : Archimède veut donner goût des matières scientifiques aux élèves du Togo

Démonstrations et expérimentations scientifiques et visite des stands dédiés aux sciences sans oublier le témoignage d’une jeune fille lauréate du concours de l’excellence des jeunes filles ont marqué cet événement.

Cette manifestation qui vise à donner goût des matières scientifiques aux filles, a suscité un intérêt auprès des jeunes apprenants.

« C’est à cause des x et y que j’ai choisi la série A4. Mais aujourd’hui, je regrette de n’avoir pas été courageuse et de n’avoir pas eu toutes les informations nécessaires », explique Rachel, une élève en classe de seconde.

« Je ne suis pas nulle dans les matières scientifiques. Mais après mon BEPC j’ai été orientée vers la série littéraire par mes parents qui voudraient me voir devenir avocate qu’embrasser une série scientifique qu’ils estiment trop coûteuse. Même, si ceux qui s’en sortent gagnent bien leur vie », confie cette demoiselle en poussant des rires.

Saba Agbéko, directeur régionale de l’éducation nationale partage certains préjugés qui entourent les matières scientifiques. Pour lui, « la science pour la femme, c’est un tabou, c’est très difficile. Elles ne s’orientent pas vers les filières scientifiques, c’est l’image qu’elles ont de cette matière », déclare-t-il appelant à un changement de paradigme en orientant très tôt les jeunes apprenantes vers les filières scientifiques.

HCRUNN

Le proviseur du lycée scientifique de Lomé, M. Tétékpoe note une volonté des autorités de tirer vers le haut les jeunes filles, de les aider à aimer ces matières scientifiques. Pour preuve sur 60 élèves admis au sein de cet établissement, 25 sont des jeunes filles.  La balle est maintenant dans le camp de ces élèves qui doivent avoir « une volonté, une passion, se donner pour pouvoir arriver », insiste-t-il. Même s’il reconnait que des stéréotypes existent.  « On doit lutter contre ces stéréotypes et on doit sensibiliser les filles pour qu’elles changent de mentalité parce que pour elles aussi les séries scientifiques sont réservées aux garçons ».

La sensibilisation, la motivation et le goût des matières scientifiques, c’est ce à quoi s’attèle depuis quelques années l’association « Les Archimède ». A caractère scientifique, cette association regroupe les enseignants et les élèves du secondaire et  vise à faire la promotion de la science.

Pour son président, Aglago Dodzi « la première décision doit venir d’abord de l’apprenant. C’est très important », conseille-t-il.  « C’est lui-même qui doit accepter, aimer, désirer la science et après avoir la motivation et le suivi des parents ».

Tout en notant que des progrès sont en train d’être faits ces dernières années au Togo, M. Aglago estime qu’il ne faut pas baisser les bras.

A titre indicatif, il cite la remise la semaine dernière à Tsévié de matériels scientifiques aux établissements secondaires par le ministre en charge du secteur. « On ne peut pas tout faire en un claquement des doigts. Mais je suis sûr que notre système de l’éducation sera bientôt un modèle dans la sous-région tout comme il en sera pour notre enseignement scientifique de qualité », conclut-il.

 

 

Francine DZIDULA

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy