Take a fresh look at your lifestyle.

Recensement électoral : L’ANC exige la reprise ou la prorogation de l’opération

Au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 4 mai 2023 à son siège, l’Alliance nationale pour le changement (ANC), a dénoncé une kyrielle de dysfonctionnement qui entache le recensement électoral démarré le 29 avril 2023 avant d’exiger la prorogation de l’opération.
Devant la presse le vice-président du parti Bemba Nabourema et Éric Dupuy, le conseiller en communication du président, ne sont pas allés de main morte pour relever les graves dysfonctionnements qui entourent l’opération à savoir: le retard considérable dans le déploiement des kits de recensement dans les centres d’enroulement, l’état défectueux, vétuste voire obsolète de ces kits qui ont plus de 20 ans d’âge parfois, avec des ordinateurs et des imprimantes mal initialisés et fréquemment en panne, des opérateurs mal formés, absents, ou en retard, ou qui désertent les sites avant l’heure réglementaire de fermeture, sans compter les pénuries des consommables ( encore, formulaire, carburant, cartes, etc.) d’où la lenteur observée dans l’enregistrement des électeurs. Il faut parfois plus de deux heures de temps sinon toute la matinée ou toute une journée pour obtenir sa carte d’électeur, constate le parti orange dans une déclaration lue en début de conférence.

TOGOCOM


En outre, le parti dénonce l’omniprésence dans les CRV, en violation du code électoral, de prétendus “chefs centres” RPT/UNIR qui organisent en toute liberté et en toute impunité des enregistrements frauduleux de mineurs et d’étrangers. Peu scrupuleux, ils interviennent dans les CLC et imposent leurs avis.
De plus, pour pallier ces manquements graves de la CENI, des CELI rajoutent dans la précipitation, par-ci par-là des kits, créent des CLC voire des CRV supplémentaires sans informer les partis politiques et les populations.
Cette cacophonie observée dans la première zone, poursuit l’ANC, atteste de la mauvaise préparation des opérations et de la volonté manifeste de limiter autant que possible, l’inscription des populations de cette zone sur les listes électorales.
C’est pourquoi, l’ANC invite la CENI à prendre la juste mesure de la situation qui s’empire sur le terrain et à reprendre le recensement électoral dans la zone 1 qui compte la majorité des populations togolaises ou à y proroger de manière conséquente le délai imparti, afin que toutes les populations togolaises et tous les togolais de cette zone qui le souhaitent, puissent s’inscrire sans entrave aucune sur les listes électorales.
Notons aussi que l’ANC a aussi dénoncé le manque de campagne d’information et de sensibilisation suffisante par la CENI avant le début de l’opération, ce que le parti orange a qualifié de recensement en catimini.

HCRUNN

L’opération prend officiellement fin dans la zone 1 le 6 mai 2023.

 

Albert AGBEKO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy