Take a fresh look at your lifestyle.

JNS acte 7 :  Une occasion manquée pour Faure Gnassingbé de communier avec son peuple

 

Au Togo, on a l’impression que le gouvernement prend certaines initiatives juste pour le peuple ; les gouvernants en sont exemptés. Conséquence, des actions aussi nobles soient-elles finissent par mourir par faute d’implication des autorités. Tel est le cas par exemple de l’opération « Togo propre » et bien d’autres qui, aujourd’hui, ont perdu tout leur sens par faute d’implication des autorités. Cette activité citoyenne, « Togo propre » qui enseigne des valeurs telles que le travail communautaire, la protection de l’environnement, l’amour de la patrie, le civisme… est devenue aujourd’hui l’ombre d’elle-même. Etant donné qu’on ne voit pas les samedis nos autorités prendre part à cette activité. Elle est aujourd’hui « sous-traitée » à des comités de développement de quartier (CDQ) qui se débrouillent à maintenir l’esprit.

TOGOCOM

Ce délaissement des autorités à de telles initiatives finira par créer dans la mentalité du citoyen que quand on parvient à un poste de responsabilité, quand on devient autorité, on ne doit plus participer à des activités de ce genre. Or, on voit dans beaucoup de pays, des dirigeants, l’exemple du Rwanda est frappant, Paul Kagamé, qui retroussent souvent leurs manches au milieu de leur peuple en participant à des activités de salubrité ou communautaire.

Au Togo, il y a quelques mois, le gouvernement a adopté les Journées nationales du sport (JNS) qui, aujourd’hui, est à sa septième (7) édition. Une initiative louable en passant.

Fort heureusement qu’ici, le Ministre des Sports et des loisirs, Dr Lidi Bessi-Kama, essaie de maintenir l’esprit de l’initiative, en se rendant disponible à chaque fois et en allant à chaque édition à la rencontre de la population, appuyée  par le Premier ministre Victoire Dogbé. A part les deux, les autres membres du gouvernement, ne seraient-ils pas concernés par l’initiative adoptée par eux-mêmes. Ne doivent-elles pas être l’exemple de cette pratique du sport qu’ils veulent instituer au sein de la population ?

Les ministres en pleine activité sportive à Kpalimé

Ce samedi 25 mars 2023, toute l’équipe gouvernementale était en ‘’villégiature’’ à Kpalimé, pompeusement baptisée séminaire gouvernemental. Mais qu’est-ce qui empêche cette équipe de prendre part à cette activité pour une fois pour qu’on ne retrouve pas sur la trentaine de membres du gouvernement  même pas un tiers. Sauf erreur, de notre part, on a vu au cours de cette séance que le Premier ministre, le ministre des Sports, le ministre de l’Action sociale, le ministre de l’Enseignement supérieur, le ministre de l’Energie, le ministre secrétaire général du gouvernement, le DC du Premier ministre ? Les autres ministres quel dossier les occupait ?

HCRUNN

Le Président de la République qui, depuis l’institution de cette JNS, n’a pris part à aucun, il aurait pu saisir sa présence dans la ville touristique de Kpalimé pour communier avec son peuple au cours de cette activité. Mais que nenni ! Un citoyen lambda qui fait le sport sur la même aire de jeu qu’un Président de la République a plus d’impact sur ce dernier que tout message de campagne élaboré par les officines des cellules de communication.

La marque, des présidents proches de leur peuple et surtout des présidents jeunes, est de saisir ces genres d’occasions pour manifester leur proximité envers leur peuple. Mais au Togo, depuis qu’il est arrivé au pouvoir, le fils d’Eyadema est toujours distant vis-à-vis de son peuple. Il n’est pas le président du peuple auquel ce dernier aspire mais plutôt un président qui se mù dans sa tour d’ivoire et qui ne sort qu’à la veille des élections. Certes, la fonction présidentielle est prestigieuse qu’on ne doit pas lui enlever sa valeur mais ce n’est pas pour autant qu’on doit se couper de son peuple, le vrai détenteur du pouvoir qui le concède en principe à qui il veut.

Ceci dit, ce séminaire gouvernemental devrait être une belle occasion au président Faure Gnassingbé d’aller à la rencontre de son peuple, discuter avec lui, faire des visites inopinées, prendre le pool de la population, bref sortir du schéma classic d’un président qui discute avec les représentants des populations (qui sont pour la plupart des proches du président) au cours d’une réunion ou sous une tente.

Aujourd’hui, le monde évolue à la vitesse de la lumière tout comme l’information, il faut donc inventer une autre approche de gouvernance pour ne pas se laisser surprendre par les événements à l’instar de 2017 ; année où la gouvernance a été décriée comme distante, coupée du peuple.

Apparemment, la leçon n’a pas été apprise mais ne dit-on souvent qu’on « ne doit jamais faire la même erreur deux fois » ?

 

Albert AGBEKO

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy