Take a fresh look at your lifestyle.

Les attaques violentes contre les écoles ont quadruplé au Soudan

Le nombre d’attaques violentes contre les écoles et l’éducation au Soudan a quadruplé depuis le début du conflit en avril de l’année dernière, avec 88 rapports faisant état d’incidents violents et la plupart des écoles sont désormais fermées, selon l’analyse de Save the Children publiée aujourd’hui.

 

Ces incidents comprennent des frappes aériennes contre des écoles qui ont entraîné la mort et des blessures d’élèves et d’enseignants, la torture d’enseignants, le meurtre et l’enlèvement d’enseignants et des violences sexuelles contre des élèves dans les établissements d’enseignement. D’autres incidents incluent l’occupation d’écoles par des groupes armés, l’utilisation d’écoles comme installations de stockage d’armes et des combats dans les locaux de l’enseignement.

 

TOGOCOM

L’analyse intervient alors que le Cluster Education – un groupe d’agences humanitaires qui travaillent sur l’éducation au Soudan – prévient que le pays est au bord de la pire crise éducative au monde, avec la majorité des écoles fermées, laissant plus de 18 millions d’enfants sur les 22 millions d’habitants estimés du pays les enfants ne sont plus scolarisés depuis plus d’un an maintenant.

 

Pour cette analyse, Save the Children a examiné les incidents individuels d’attaques armées ou de confrontations affectant l’éducation signalés dans la base de données sur les lieux et événements des conflits armés (ACLED) entre avril 2023 et avril 2024 à travers le Soudan et a constaté une augmentation alarmante des attaques. Vingt-trois incidents de ce type ont été enregistrés par l’ACLED au cours des 12 mois précédant le conflit.

 

Le nombre d’attaques violentes contre les écoles et l’éducation en Afrique est en augmentation. En février, une analyse similaire réalisée par Save the Children avant la 37ème session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Éthiopie, a montré une augmentation de la violence affectant les écoles, les enseignants et les apprenants dans les pays de l’Union africaine, avec411 cas signalés, ce qui représente une augmentation de 20 % en 2023.

 

À la lumière de cette tendance, Save the Children appelle les dirigeants du Soudan et de l’Union africaine à faire des écoles des lieux sûrs pour les enfants, après avoir choisi l’éducation comme « thème de l’UA pour 2024 » et s’être engagé à construire des systèmes éducatifs résilients pour un accès accru à l’éducation. inclusif, tout au long de la vie, de qualité et un apprentissage pertinent en Afrique.

 

Hadeer, 13 ans, a été déplacée avec sa famille d’Omdurman, dans l’État de Khartoum, vers Atbara, à environ 320 kilomètres au nord-est. Elle a trois frères et sœurs plus jeunes. Son oncle et sa tante ont été tués et ses nièces ont fui le Soudan. Sa famille a perdu contact avec son père dans le chaos du conflit. Jusqu’à ce que Save the Children construise une école dans le camp pour personnes déplacées d’Atbara, elle n’aurait jamais pensé pouvoir étudier à nouveau.

 

HCRUNN

Elle a déclaré : « Je souhaite être architecte quand je serai grande. À la maison, nous avions des installations et l’électricité, et je pouvais marcher [jusqu’à l’école] et étudier en toute sécurité. Mais ici, j’ai peur quand je marche dans la rue, pas comme là-bas [chez moi].

 

« Ce n’est pas seulement la vie des enfants qui est en jeu, mais aussi leur avenir. Des millions d’enfants continuent de voir leur éducation perturbée, leurs écoles étant détruites par les bombes, transformées en abris pour les familles déplacées, ou l’apprentissage interrompu lorsque les enfants fuient », a déclaré le Dr Arif Noor, directeur national de Save the Children au Soudan.

 

Le Soudan est confronté à l’une des plus grandes crises mondiales. Environ 25 millions de personnes, soit la moitié de la population du pays, ont besoin d’une aide humanitaire, selon l’OCHA de l’ONU.

 

Les noms des enfants ont été modifiés pour protéger leur identité.

 

Yaovi AGBEGNIGAN

E-Mail: togoscoop@gmail.com

 Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy