Take a fresh look at your lifestyle.

Devoir de mémoire : Le jour où Younglove a failli perdre sa mâchoire

 

Ce jeudi 14 mars 2013, malgré la défection de certaines organisations de presse ( UJIT, CONAPP, OTM), « SOS journalistes en danger », RAJOSEP, SYNJIT… ont maintenu le sit-in. Il devrait avoir lieu devant la présidence de la République. La délégation spéciale de la ville qui a autorisé la manifestation l’a décalée un peu devant l’Ambassade de France.

TOGOCOM

La manifestation vise à protester contre la modification de la loi organique de la HAAC qui, selon les organisateurs, accorde plus de pouvoir à l’autorité de régulation.

Arrivés sur les lieux, les journalistes ont été surpris par son bouclage. Rassemblés devant l’hôtel Ibis, ils ont tenté de se diriger vers la présidence côté plage en brandissant leurs pancartes et en scandant des chansons populaires.

Le dispositif sécuritaire déployé pour encadrer la manifestation

Ils seront poursuivis le long de la plage par les forces de l’ordre déployées. C’est ainsi qu’au cours de ces courses poursuites, et sans sommation, le commandant de l’opération fait usage de grenade lacrymogène en tirant à bout portant sur les manifestants occasionnant trois blessés dont un cas très grave. Il s’agit du journaliste retraité de la TVT (télévision nationale), Younglove Amavi Egbeboua qui a reçu le tir en plein visage. Un tir qui a failli lui arracher sa mâchoire. Evacué par les sapeurs-pompiers d’abord à leur infirmerie, il sera transféré au CHU Sylvanus Olympio vu la gravité de son cas.  Malheureusement, il ne pourra pas être totalement pris en charge par l’hôpital de référence du Togo qui ne dispose pas de scanner pour détecter l’étendue de la blessure.

HCRUNN

Transféré dans une clinique, les soins nécessiteront 650 000 F. Les organisateurs lanceront un appel au fonds en vue de l’opération. Finalement, les autorités prendront en charge tous les frais de l’opération et le confère opéré avec succès a pu rejoindre son domicile le 22 mars 2013.

A noter que l’enquête ouverte pour situer les responsabilités dans ce tir qui a occasionné des blessés dans les rangs des journalistes suit toujours son cours 10 ans après.

Parce qu’un peuple sans histoire est un monde sans âme…

 

Albert AGBEKO

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy